Sortie prévue en septembre 2017

Voyages en Égypte et en Nubie de Giam­bat­tista Belzoni

Voyages en Égypte et en Nubie de Giam­bat­tista Belzoni

En 1815, Giam­bat­tista Belzoni, sa femme Sarah Belzoni, et leur domes­tique James Curtin débarquent en Égypte avec dans l’idée de présen­ter au Pacha une machine hydrau­lique capable de révo­lu­tion­ner l’ar­ro­sage des champs qui bordent le Nil. Mais le Pacha refuse de finan­cer le projet et Belzoni échoue chez Henri Salt, consul d’An­gle­terre, qui lui confie la mission de rame­ner au British Museum un gigan­tesque buste de Ramsès II. Contre toute attente, Belzoni réus­sit là où le consul de France, Bernar­dino Drovetti, a échoué. Fort de ce premier succès, le groupe se rend en Nubie, où il se donne pour objec­tif de désen­sa­bler le grand temple d’Abou Simbel, dans lequel personne n’a jamais péné­tré…

Rien ne prédes­ti­nait Giam­bat­tista Belzoni (1778–1823) à deve­nir le pion­ner de l’égyp­to­lo­gie. Fils d’un barbier de Padoue, il émigre en Angle­terre pour fuir l’in­va­sion napo­léo­nienne de l’Ita­lie. Là, ce géant de 2 mètres exhibe sa muscu­la­ture dans un théâtre et fait la connais­sance de Sarah Banes, femme-girafe dans le même théâtre, qui devien­dra sa femme. Belzoni sera le premier à rentrer dans le grand temple d’Abou Simbel, que la France a sauvé des eaux de 1963 à 1968, lors de la construc­tion du grand barrage d’As­souan. Il décou­vrira des tombes royales de première impor­tance (notam­ment le magni­fique sarco­phage de Séti 1er) et ouvrira la pyra­mide de Kefren à Gizeh, 600 ans après le fils de Sala­din. Dessi­na­teur, Belzoni orga­ni­sera plusieurs expo­si­tions à Londres et Paris, qui enthou­sias­me­ront Cham­pol­lion au moment où il publie sa décou­verte sur le déchif­fre­ment des hiéro­glyphes. Belzoni a écrit un jour­nal de voyage palpi­tant, où il s’at­tache moins à décrire ses décou­vertes que ses rela­tions avec toute une gale­rie de person­nages hauts en couleurs, pacha, cacheff et caïma­kan, paysans, inter­prètes, et ce coquin de consul de France Bernar­dino Drovetti, furieu­se­ment jaloux de la chance et des intui­tions de Belzoni, et qui fait tout pour lui mettre des bâtons dans les roues.

Grégory Jarry et Nicole Auge­reau adaptent ici avec la dessi­na­trice Lucie Castel le jour­nal de Giam­bat­tista Belzoni, pion­niers de l’égyp­to­lo­gie. Grégory Jarry et Nicole Auge­reau ont eux-mêmes fait plusieurs voyages en Égypte au retour desquels ils ont décou­vert les récits de Belzoni. Les auteurs s’at­tachent ici à recons­ti­tuer de manière réaliste le périple et les rencontres, la lenteur avec laquelle les fouilles sont effec­tuées, et toutes les diffi­cul­tés admi­nis­tra­tives que doivent surmon­ter les prota­go­nistes. Par ailleurs, le trai­te­ment graphique et le système de narra­tion resti­tuent l’époque en mélan­geant dessin au trait, gravures du XIXème, alter­nance de textes illus­trés et scènes en bande dessi­née.

Trois tomes sont prévus, rela­tant chacun des trois voyages de Belzoni.

  • 144 pages couleur
  • Couverture couleur
  • Format : 21 × 28 cm
  • ISBN : 978-2-35761-135-1
  • Prix indicatif : 19€
  • Grégory Jarry

    Grégory Jarry est un auteur et éditeur français de bande dessi­­née, au sein des éditions FLBLB (pronon­­cer « flebe­­leb), qu’il a co-fondé en 2002 avec son ami et collègue dessi­­na­­teur Thomas Dupuis (Otto T). (…)

  • Lucie Castel

    Après ses études, Lucie a inté­­gré l’équipe des éditions FLBLB comme graphiste. Elle y a travaillé 4 ans avant de partir vivre à Bruxelles où elle s’est mise acti­­ve­­ment à faire des bandes (…)

  • Nicole Auge­reau

    Née en 1972 à Cholet, Nicole Auge­­reau suit des études d’his­­toire et parti­­cipe à la revue Flblb, dans laquelle elle publie ses premières bandes dessi­­nées inspi­­rées des romans photos d’aven­­ture, puis ses premiers (…)