Maria Rosto­cka

Maria Rosto­cka est une artiste polo­naise qui vit à Varso­vie.

Elle passe une partie de son enfance en France où elle découvre la lecture en lisant des bandes dessi­nées. Elle conti­nue ses études au lycée français René Goscinny de Varso­vie (ça ne s’in­vente pas !) puis fait des études de pein­tures aux Beaux-arts. Elle passe plusieurs années à peindre des nus et des natures mortes sur toiles, avant de comprendre que le XIXe siècle est bel et bien terminé.

Le travail de Maria Rosto­cka a toujours été proche de la bande dessi­née : elle a long­temps réalisé des séries de tableaux, puis des suites d’image à la gouache avant de se mettre à peindre des histoires courtes en bande dessi­née, ce qui lui a permis de se faire une place dans le petit monde de la bande dessi­née polo­naise. En 2013, elle co-écrit L’ours, le chat et le lapin avec son mari Michał Rosto­cki, livre publié en Pologne, et traduit en France aux éditions Michel Lagarde.

Maria se lance ensuite dans l’écri­ture de La fin de juillet, qu’elle mettra « à peu près 100 000 ans à réali­ser ». Ce livre, inspiré par le cinéma indé­pen­dant et les romans de Jane Austen, est marqué par l’at­mo­sphère d’un village près de Varso­vie où vivait le grand-père de l’au­trice. Ce ne sera bien­tôt plus la campagne, la ville va l’en­glou­tir. Il y a du vieux et du nouveau, la nostal­gie du passé, l’op­ti­misme du futur et le senti­ment étrange de vivre dans un monde où tout se mélange.

Publications aux éditions FLBLB