300 000 ans pour en arri­ver là

300 000 ans pour en arri­ver là

Quand on met le monde actuel en équa­­tion, on se rend compte que toutes les courbes qui dési­gnent les trucs horribles sont des expo­­nen­­tielles. Expo­­nen­­tielles, ça veut dire que ça s’ac­­cé­­lère de plus en plus vite et que rien semble pouvoir stop­­per l’em­­bal­­le­­ment. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi tous les scien­­ti­­fiques qui travaillent sur ces ques­­tions se mettent en arrêt de travail pour dépres­­sion nerveuse ? Cela veut-il dire que notre civi­­li­­sa­­tion va s’ef­­fon­­drer ?

Pour répondre à ces ques­­tions, nous aurons besoin de réflé­­chir à l’his­­toire de l’hu­­ma­­nité, aux 290 000 ans durant lesquels nous avons été chas­­seurs-cueilleurs et aux 10 000 ans depuis lesquels nous sommes des agri­­cul­­teurs. Et si l’agri­­cul­­ture avait été un gros acci­dent rétro­ac­­tif, compa­­rable à la météo­­rite qui a fait dispa­­raître les dino­­saures ? Et si, pour justi­­fier le passage à l’agri­­cul­­ture qui l’ar­­ran­­geait bien, les castes gouver­­nantes, au fil des siècles, avaient inventé un discours, quasi­­ment une reli­­gion, dont les « sciences écono­­miques » serait le modèle le plus abouti ? Et si, en fin de compte, un système néces­­si­­tant des grandes quan­­ti­­tés d’éner­­gie était toujours voué à l’ef­­fon­­dre­­ment ?

Dit comme ça, on se demande à quoi ça sert de se poser toutes ces ques­­tions, puisque tout semble foutu. Mais en fait peut-être pas. Ou pas complè­­te­­ment. Enfin on vous dit pas, vous aurez la surprise en lisant ce livre.

  • 23
  • 136 pages couleur
  • Couverture couleur
  • Format : 21 × 22 cm
  • ISBN : 978-2-35761-162-7
  • À paraître le 16 septembre 2019